Les émaux de Limoges, Histoire et Techniques

Voici les liens pour retrouvez l'Art des émaux dans plusieurs langues :

enamel - esmalto - email - esmalte

« Les savoirs-faire des émailleurs sur métal » est inclut à l’Inventaire National du Patrimoine Culturel Immatériel en France depuis février 2020.

L'Histoire de l'Art des Emaux sur Métaux

Dans l'Antiquité...

C'est chez les Égyptiens et dans différents peuples asiatiques que l'art d'émailler le métal a commencé. Ils ont d'ailleurs porté l'émail cloisonné à un haut degrés de perfection.


Puis l'émail connaît un essor important en Europe au cours des deux derniers siècles avant J-C, il est alors employé dans l'ornement des bijoux et des fibules.

Au Moyen- Âge...

C'est l'émail champlevé qui s'impose en Occident au XIIème siècle.

Les émaux limousins sont les plus réputés et ils sont destinés à toute la chrétienté.

Il s'agit essentiellement d'objets religieux : calices, crosses ...

A la Renaissance...

C'est une nouvelle technique qui apparaît celle des émaux peints (vers la fin du XVème siècle). C'est d'ailleurs à Limoges que le centre de production est le plus réputé. Les motifs sont religieux avec des portraits ou des représentations mythologiques. Les émailleurs Limousins appartenaient souvent à des dynasties, à des familles qui ont eu une longue tradition dans l'émaillerie ou les vitraux. Chaque famille conservait jalousement ses secrets professionnels. Donc de véritables corporations se formèrent, avec des règlements bien particuliers.


Puis la production des émaux commence à décliner à partir des XVIIème et XVIIIème siècles.

Les émaux ne sont donc plus utilisés pour des œuvres de grande taille, mais réservés à la décoration d'objets familiers comme les montres, les tabatières ou les coffrets...

Au XIXème siècle...

C'est la période de la Révolution Industrielle et des expositions universelles. La première exposition universelle a lieu à Londres en 1851.

Ici la mécanisation peut mettre le luxe à la portée du plus grand nombre d'amateurs.

A cet effet, les manufactures d'industrie artistique réunissent alors des artistes et des artisans en effectifs impressionnants (sculpteurs, graveurs, émailleurs, joailliers, dessinateurs...).

C'est dans ce contexte (après une longue éclipse) que l'art de l'émail renaît dans toute sa diversité et en particulier dans le domaine de la bijouterie.

A travers la redécouverte des oeuvres du passé, les artisans retrouvent des techniques oubliées, tout particulièrement celles de l'émail peint, champlevé, cloisonné, en ronde- bosse ou sur basse- taille.

Au XXème siècle...

Autour de 1900, l'Art Nouveau constitue une rupture. Les décors changent pour des végétaux, des animaux stylisés sous l'influence japonaise.

Des formes épurées et des courbes graphiques se créent. L'émail Art Nouveau s'exprime principalement dans le domaine de la joaillerie.

Puis autour de 1910, c'est le passage de l'Art Nouveau à l'Art Déco.

Désormais les formes naturelles se simplifient et se synthétisent, annonçant les figures géométriques des années 1920 (Cubisme).

Limoges revient alors sur le devant de la scène.


Après guerre, l'art de l'émail a été délaissé à Limoges. Il trouva une nouvelle impulsion grâce à Georges Magadoux qui crée la Biennale Internationale de l'émail à Limoges de 1972 à 1993 où des créateurs du monde entier se retrouvent.

Au XXème siècle, on rencontre de grands artistes émailleurs dans toute l'Europe.

Aujourd'hui

L'émail s'expose dans les plus grands musées du monde (Le Louvre, Les arts décoratifs à Paris, Le Musée des Beaux arts de Limoges).

Il y a des artistes partout dans le monde (Europe, Russie, Amérique, Japon...).

Tous font aujourd'hui de l'émail une discipline artistique variée touchant à toutes les formes d'expressions plastiques.


Les émaux Arédiens participent à leur échelle et à leur façon à cet édifice.

Les photographies ont été extraites de livres dans un but seulement informatif sur l'Art des Emaux sur Métaux : - "Emaux de couleurs et de feu" aux éditions Tutti Frutti, Nùria Lopez-Ribalta, Eva Pascual i Miro, 2008,- "Les émaux Médiévaux" aux éditions Mêta-Jura, 2009,- "La Rencontre des Héros", Musée municipal de l'Evêché de Limoges, 2002.

Limoges, Capitale des Arts du Feu et sa région possède une grande tradition de l'émaillerie.

Suivez le lien pour en savoir plus...

Les Techniques d'émaillage

Le travail de l'émailleur sur métal consiste à appliquer, à l'aide d'une spatule, les poudres d'émail (un cristal concassé : opaques, transparents et/ou opales), sur le métal comme l'Or, l'Argent ou le Cuivre. Puis, il faut procéder aux cuissons dans un four préalablement chauffé autour de 850°. Alors, le métal et l'émail se fusionnent. Cet Art du Feu demande de très nombreuses étapes aux savoirs- faire variés ainsi qu'à de multiples cuissons (parfois plus de 10).

L'Artisan d'Art utilise aussi des feuilles d'or ou d'argent appelées paillons. Il les fixe à chaud sur le métal avant de pouvoir déposer les émaux de couleurs. Il travaille à plat ou sur des pièces de forme (coupe, vase...) et connaît donc certaines techniques de base en dinanderie (travail du métal).

L'Émailleur peut utiliser différentes techniques d'émaillage :

  • le Cloisonné : C'est la technique la plus ancienne. Elle date de l'époque égyptienne. Cette technique consiste à créer des cloisons avec de fines lames de métal (cuivre, argent ou or) dans lesquelles on va insérer l'émail.

  • le Champlevé : Cette technique consiste à creuser le métal pour ensuite déposer l'émail dans ces cavités.

  • le Plique à jour : Cette technique consiste à découper de petites formes dans le métal à la scie de bijoutier pour ensuite y incruster petit à petit de l'émail. De très nombreuses cuissons sont nécessaires dont certaines en suspension afin d'obtenir la brillance sur les deux faces. Cette technique rare et très délicate reprend la transparence de l'art des vitraux.

  • l'Émail Peint : Ici on va reproduire un paysage ou un portrait à la manière d'un peintre. Cette technique demande plusieurs superpositions de couches d'émail pour obtenir un bon rendu. Elle est apparue à Limoges au XVème siècle et a fait la renommé de l'Oeuvre de Limoges grâce aux artistes émailleurs comme Léonard Limosin reconnu pour rendre avec une remarquable subtilité le modelé des visages.

  • La Grisaille : Cette autre technique consiste à déposer le blanc de limoges à l'aiguille sur une plaque de métal recouverte d'un émail de couleur foncée (noir, bleu foncé, violet...).

Le travail d'émailleur d'art sur métaux est un travail de précision qui continue à évoluer encore aujourd'hui et qui implique un savoir faire rare et unique.

Il n'existe qu'un seul centre de formation en France qui se situe à Limoges dans la Capitale des Arts du Feu.

L' Art des émaux en images

L'Art des émaux.wmv

Plus de Vidéo...